Erreur
  • JFTP::login: Unable to login
  • JFTP::store: Unable to use passive mode
  • JFTP::write: Unable to use passive mode
Questions / Réponses

Augmenter les surfaces en luzerne, est-ce possible ?

champOui. Il y avait dans les années 60, environ 1 million d’hectares de luzerne contre 330 000 hectares aujourd’hui. Les besoins européens en protéines végétales nécessaires à la complémentation des rations animales (l’Europe en importe 75 %), les nouveaux enjeux de l’agriculture durable et la nécessité de réduire notre dépendance en engrais de synthèse militent pour une expansion des surfaces. Après tout, aux Etats-Unis, la proportion de légumineuses dans les assolements est de 15 % pour 5 % en France. Il y a donc des marges de progrès. La luzerne est une plante adaptée à tous nos climats. Si elle est la plus productive dans les sols de craie comme ceux de Champagne, elle peut aussi convenir à des terroirs plus acides moyennant des amendements calciques. Aujourd’hui déjà on la trouve harmonieusement répartie sur l’ensemble du territoire, dans presque tous les types de sols Seuls les sols hydromorphes lui sont défavorables, car l’asphyxie racinaire conduit à une destruction du système racinaire pivotant des plantes de luzerne. La luzerne n’est certes pas la seule légumineuse cultivable en France. Les pois, les féveroles, le trèfle, le sainfoin sont des espèces qui peuvent contribuer à l’augmentation de la sole en légumineuse.

Vidéo témoignage de Christian ROUSSEAU, Président NOURICIA

Certification environnementale: la luzerne concernée ?

Autre engagement du Grenelle de l’environnement, la certification environnementale des exploitations agricoles est opérationnelle depuis le mois de juin 2011. Son niveau 3 « Haute valeur environnementale » engage l’exploitant à atteindre des seuils de performance notamment en matière de maintien de biodiversité, de gestion de la fertilisation et de la ressource en eau… Parmi les seuils de performance environnementale figure en bonne place la proportion de légumineuses dans les assolements en culture pure ou associée.

La luzerne, un levier puissant pour la biodiversité.

verdureUne vaste étude menée en partenariat avec plusieurs associations de protection de la nature et sous l’autorité du Muséum National d’Histoire Naturelle en 2009 et 2010 a montré que la luzerne était un puissant levier pour augmenter la biodiversité ordinaire dans les territoires agricoles dominés par les cultures annuelles. La plupart des taxons étudiés, oiseaux des plaines, orthoptères, abeilles, papillons, chauve-souris,... ont été observés en plus grand nombre dans des parcelles de luzerne que dans des parcelles voisines de céréales. Et cette différence augmente encore sensiblement lorsqu’une partie du champ de luzerne n’est pas récoltée. Pour les abeilles par exemple, le poids des colonies des ruches disposées dans ces bandes non récoltées est deux fois plus important en septembre. L’effet est également remarquable pour les papillons à la fois pour la richesse spécifique et l’abondance des populations. En Champagne-Ardenne la luzerne est un constituant indispensable du projet Symbiose déclinaison régionale de l’opération Trame Verte, autre recommandation du Grenelle.

Vidéo témoignage de Christophe BOUVIER, Directeur de l'UNEP (Programme Environnemental des Nations Unies)

Une réponse à la sécheresse ?

illustrationOui. Le changement climatique conduit à une accélération des cycles et notamment le rapprochement des épisodes de sécheresse. Grâce à son système racinaire extrêmement développé jusqu’à plusieurs mètres, la luzerne capte l’humidité du sol dans ses profondeurs. Lors du printemps 2011, les luzernières ont beaucoup moins souffert que les autres cultures fourragères, leurs rendements ayant été quasiment identiques à la normale. La luzerne est la culture produisant la plus grande quantité de protéines à l’hectare avec 2.3t (sans irrigation) contre 0.9t pour le soja.»